Vendredi 25 Novembre 2016 avait lieu l’agile tour de Lausanne, l’une des rares, sinon la seule, conférence agile sur une journée en Suisse. L’occasion de rassembler tous les passionnés d’agilité !

Rendez-vous donc pour les 80 participants inscrits à l’Aquatis Hôtel de Lausanne. Bon choix de lieu : accès pratiques, parking et services incluant le repas à table. Le seul bémol étant les 3 salles et les stands sponsors dispersés sur 2 niveaux.

Coté programme, 1 key note, 6 conférences et 6 workshops sur 3 salles possibles. Beaucoup de choix, voici mes notes et commentaires.

Agile tour 2016 programme

Retour d’expérience QoQa, par Pascal Meyer

Alors tout de suite on donne le ton, du fun, du fun et encore du fun. Pascal Meyer donne les ingrédients de son succès : une équipe au taquet, une communauté entretenue et écoutée, beaucoup de réseau pour trouver des promos, un SAV en béton, un sacré grain de folie pour entretenir du fun au centre de tout ça.

Un vrai plaisir à entendre, cet entrepreneur qui ne semble pas se prendre au sérieux, mélange provocation, sens des affaires et marketing décalé. Il gère tout de même une belle équipe de 70 personnes et 48 Millions de CA. Pas mal en étant parti d’un garage, avec comme slogan « se fendre la gueule, en couvrant mes frais ».

On se demande même comment son équipe arrive à le suivre tous les jours : offre sur des produits incroyables (Rolex, Tesla), défis pour la communauté, innovation, prise de risque, communication provocante, pas le temps de s’ennuyer pour ces adeptes du FUN Spontané Authentique.

Sauf que pour bien grandir, il a fallu structurer, QoQa s’est appuyé sur un coach agile pour aider l’IT et la logistique : Scrum a permis de garder la cadence via des itérations de 2 semaines et l’outil des rétrospectives a permis de faire éclore des collaborateurs et de nouvelles idées…

Alors bien sûr, ce ne fut pas la conférence la plus orientée agile, au sens méthode. On peut même y voir une occasion de faire un peu de pub, mais à bien y réfléchir :

  • La construction d’une équipe communicante, centrée sur une valeur commune
  • Des objectifs business mesurables : une offre par jour
  • Une communauté forte : en parlant de QoQasien et non pas de client
  • La capacité de s’adapter, de ne pas suivre un plan établi et de saisir chaque opportunité

Ce sont bien tous les marqueurs de l’agilité…

Agile tour 2016 - Qoqa

Retour d’expérience : Mise en place de Scrum et intégration d’une équipe nearshore, par Sabrina Ferlisi

Il y a des retours d’expérience pas toujours évidents. Sabrina Ferlisi nous a partagé son vécu avec un client et un projet assez complexe.

En synthèse :

  • un client avec un projet, mais 2 product owner (internes)
  • des IT tous externes, et de sociétés différentes
  • une scrum master à temps partiel 50%
  • un projet complexe avec des deadlines fortes : 300 utilisateurs + communication avec des satellites + haute disponibilité
  • la sous-traitance des dév en partie en Espagne

Sur leur chemin :

  • des problèmes de priorisations (double PO et SM trop absent)
  • des problèmes de qualité de backlog (rôle de PO, critères d’acceptance, sprint planning)
  • des problèmes d’implémentation technique
  • beaucoup d’effort humain
  • des problèmes de jeunesse de mise en œuvre de l’agilité et de Scrum

Concernant le near shore :

  • On retiendra la bonne idée d’inclure les dév externes comme membre de l’équipe (évite la ségrégation d’équipe par géographie)
  • L’effort de faire venir chaque développeur en Suisse 1 semaine pour rencontrer l’équipe complète

Mais des problèmes persistants :

  • problème de délais / qualité : augmentation des coûts
  • problème de communication : incompréhension et différences culturelles
  • Sentiment de course en avant : frustration et précipitation

J’ai rarement vu une salle réagir autant à l’invitation initiale de la speaker. Je pense que nous avons eu collectivement la volonté de bien comprendre et surtout d’aider. Cet exercice de synthèse n’était pas évident, bravo à Sabrina et surtout bon courage…

Agile tour 2016 - Sabrina Ferlisi

Why is Agile Transformation Hard, par Silvana Wasitova

Conférence en mode Story Telling, Silvana nous emporte en racontant son vécu et en détaillant des concepts de fond. Pas de slides trop riche, juste quelques images en support de concepts.

Une question centrale : pourquoi les transformations agiles sont-elles si difficiles à mettre en œuvre ?

Voici les pistes évoquées par Silvana :

  • L’incompréhension de l’agilité :

Le concept d’agilité est souvent inexpliqué lors de transformation. Il est laissé à l’interprétation de chacun, avec ses propres filtres et ses propres moteurs de motivation. Difficile donc de proposer des actions faisant consensus.

Pourtant une simple présentation et discussion sur les fondamentaux agiles permettent de partager un sens commun. Pour rappel : http://agilemanifesto.org/

  • L’agilité en Bottom Up

La transformation agile nécessite de partager des objectifs communs, mais comment aligner les équipes techniques et les équipes dirigeantes ?

Silvana nous raconte l’arrivée de Jeff Sutherland chez Yahoo ! en 2005. Ainsi pour convaincre toute une entreprise, l’aide de coach evangelist agile venant de l’externe est parfois nécessaire.

  •  « Voulons-nous faire les choses différemment ? »

La transformation est-elle nécessaire, sur quels critères, quelles ambitions ?

Les personnes clefs, Product Owner, sont-ils formés, expérimentés ? Ont-ils compris le sens des US, ont-ils pris le temps de les expliquer, transmettre aux développeurs ?

La volonté est souvent au centre.

Enfin Silvana donne 5 conseils pour faciliter les transformations agiles :

  1. Prendre le temps d’aligner sur les objectifs
  2. Former les personnes
  3. Produire tôt des résultats
  4. Laisser les équipes connaitre le succès
  5. Inspecter et adapter

Agile tour 2016 - Silvana Wasitova

Stack Race, par Charles Louis de Maere

Ah rien de tel qu’un petit jeu pour attaquer l’après-midi. Nous avons donc expérimenté un jeu par équipe de 5 à 6 joueurs, basé sur des cubes…

Voici les règles par le créateur : Gaël Rebmann.

C’est toujours un plaisir de jouer et de pousser un serious game à fond : histoire de tirer les enseignements au maximum.

L’expérience a été intéressante, ce que j’en tire :

  • La vélocité peut servir de projection dans un contexte d’exécution similaire
  • La vélocité est motivante au sein d’une équipe, chacun cherchant à performer pour l’équipe
  • La vélocité est propre à une équipe
  • La vélocité, lorsqu’elle devient un engagement, est stressante (même pour empiler des cubes)
  • La vélocité est une ennemie dans les mains d’un mauvais manager : une équipe est plus productive en situation de confort et confiance que sous stress et la vélocité doit être encouragée mais pas dictée, imposée.

Le jeu a été apprécié et bien animé.

Les mesures et calculs ont été réguliers permettant l’obtention de certaines statistiques, mais à mon sens ces chiffres n’ont pas été suffisamment utilisés pour en tirer des enseignements : au final on reste un peu sur sa faim, devant soit même tirer les leçons de cet exercice. Un exercice de débriefing plus intense devrait compléter cet atelier. Manque de temps ?

Agile tour 2016 - Stack race

Les valeurs dans le management Agile, par Jean-Pierre Rey

Ah, un beau titre pour clôturer cette journée. Le sujet est ambitieux et pas évident à mener. Visiblement l’animateur est expérimenté mais son atelier manque de structure, il repose trop sur les participants. On frôle l’improvisation.

Au final, 1h de discussions plus ou moins forcées, souvent basiques, avec 25 participants, 1 ou 2 managers faisant profil bas.

Dommage, un peu plus de structure ou de support, des discussions en plus petits groupes auraient pu amener plus de richesses pour élever le débat.

Le fond est bon, la forme n’est pas au rendez-vous.

Agile tour 2016 - Jean-Pierre Rey

Conclusion

Merci à l’équipe d’organisation pour leurs efforts et pour leur accueil ! Pas simple d’organiser un tel évènement : trouver des sponsors, un lieu, sélectionner des speakers, diffuser l’évènement, inviter et gérer les participants, tout ça bénévolement pour le plaisir parler d’agilité ! Ce fut réussi !

Merci aux speakers, l’exercice n’est pas toujours évident et les critiques sont faciles (je m’inclus). Les sessions étaient globalement de qualité et les sujets maitrisés.

Merci aux sponsors, pour leurs stands, démonstrations et tombolas ! On retiendra « We can live on Mars » pour sa patience à faire essayer le casque de réalité augmentée avec démonstration de leur vidéo (big up à la lavande).

Enfin merci à ma société AiM Services de m’avoir libéré une journée pour y assister. Les conférences sont pour moi au cœur de la formation continue. Elles génèrent des idées, renouvellent les envies, et donne l’énergie de prolonger ses expertises.