Accompagner les entreprises, petites, moyennes ou grandes, dans l’adoption de nouveaux outils Microsoft, d’Office 365 au désormais incontournable Teams, telle est la spécialité de Nathalie Gervaz, Digital Change Management & Adoption Specialist chez AiM. Une double mission, puisqu’il s’agit dans un premier temps d’aider les clients à cerner leurs besoins pour ensuite leur fournir des outils et une assistance sur-mesure.

 

Avant d’arriver chez AiM à l’été 2019, Nathalie Gervaz, Digital Change Management & Adoption Specialist, a travaillé durant seize ans dans le domaine de la gestion de projets digitaux au sein d’une multinationale. Dans ce cadre, elle a notamment implémenté Office 365 et un système d’intranet — deux projets qui l’ont amenée à s’intéresser à la conduite de changement (change management en anglais), devenue depuis sa spécialité: «Lorsque l’on met de nouveaux outils technologiques à disposition du personnel, on ne peut pas se contenter de l’accompagner sur l’aspect technique de la prise en main. Il faut aussi lui montrer en quoi ceux-ci peuvent lui faciliter la vie, sinon il ne les adoptera pas. En somme, mon métier est lié à l’aspect humain des projets techniques», résume-t-elle. Au quotidien, elle est soutenue dans ses tâches par notre User Adoption Dashboard, racheté par AiM en 2017 avec Nexavis. Tous les projets, quels que soient leurs domaines, bénéficient de cet outil développé en interne, qui mesure et suit l’engagement des collaborateurs dans un dashboard et fournit à Nathalie des data précieuses pour accompagner une entreprise dans sa transformation IT.

 

Ainsi, dans le contexte particulier de l’après-confinement, les demandes affluent pour des accompagnements liés au télétravail. Obligées du jour au lendemain de travailler à distance, une foule d’entreprises n’ont pas eu le loisir de se demander comment faire et de quoi elles auraient besoin pour y parvenir efficacement. Beaucoup se sont ainsi trouvées forcées d’adopter Teams alors qu’elles n’y avaient pas touché depuis leur formation — quand elles en avaient reçu une. Résultat, une application destinée à simplifier les choses les a parfois compliquées!

 

«Toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, gagnent à apprendre comment une nouvelle technologie peut leur permettre d’augmenter leur efficacité», constate Nathalie Gervaz. Savoir organiser une réunion Teams ne suffit donc pas, il faut faire un pas de plus. C’est là que Nathalie Gervaz intervient. Auprès du management dans un premier temps, puis directement auprès des employés, pour cerner la culture d’une société. Puis elle s’intéresse aux outils utilisés. «A quelles fins les emploie-t-on? De quoi est-on content, quels sont les manques?» Un travail-clé car il constitue la base à partir de laquelle réfléchir aux manières d’utiliser les technologies à disposition pour améliorer les scénarios. Autrement dit, certes, les outils sont identiques, mais chaque firme doit inventer sa propre façon de les employer pour être plus efficace.

 

Voilà ce qui a amené une société active dans le milieu bancaire à adopter Teams à des fins de formation: «Au lieu de mobiliser tous les employés d’une succursale une journée entière et de déplacer les formateurs, cela lui a permis d’organiser plusieurs sessions en ligne. Le personnel d’une même succursale a donc pu se former à des moments différents. Quant aux enseignants, ils ont donné leurs explications en recourant au partage d’écran et les cours ont été enregistrés. Grâce à ces enregistrements, les personnes qui n’ont pu assister au cours pouvaient rattraper la formation après coup. Ils peuvent aussi servir d’outil de révision», détaille Nathalie Gervaz.

 

Accompagner le changement permet en outre de vaincre des résistances: «En discutant avec les gens, on réalise que ceux qui ont du mal à accepter d’utiliser de nouveaux outils réagissent ainsi car ils ne voient pas en quoi ils vont leur simplifier la vie. Ils cherchent souvent à reproduire leurs anciennes routines. En les identifiant, nous sommes à même de leur apprendre une autre façon de faire.»

 

Si l’accompagnement au changement semble très tendance ces derniers temps, ce n’est pas un hasard: «Ce métier se pratique depuis longtemps. Mais, à l’instar de la gestion de projet il y a vingt ou trente ans, il est en train de se professionnaliser, car il y a de plus en plus de nouvelles technologies à adopter et à apprivoiser», conclut-elle.