Actif dans les secteurs de l’environnement et du développement durable dans le canton de Genève, le groupe Serbeco emploie 150 personnes, dont une quarantaine à l’administration. Il y a deux ans, cet acteur incontournable de l’économie locale il s’occupe aussi bien du ramassage et du tri des déchets que de fournir de la vaisselle réutilisable pour des manifestations a confié la gestion de ses systèmes informatiques à AiM.

 

A son arrivée chez Serbeco, à l’été 2018, Didier Godmé, responsable supports, trouve une situation anarchique: «Le système informatique tombait régulièrement en panne, à raison de deux ou trois heures par semaine», se rappelle cet homme, qui a auparavant travaillé pendant une dizaine d’années dans une multinationale. Il empoigne donc le problème et, très vite, décide d’outsourcer la gestion de l’infrastructure informatique. Pour lui, par rapport au recrutement d’un-e responsable informatique à l’interne, l’externalisation a plusieurs avantages: «Serbeco est une PME. Nous aurions pu, au mieux, engager une personne, mais certainement pas une équipe. Outsourcer, c’était mettre de côté le risque de nous trouver bloqués parce que le spécialiste de la maison est malade ou absent pour d’autres raisons», explique-t-il.

 

C’est par voie de bouche-à-oreille qu’il rencontre AiM. «Dès les premières réunions, AiM a été très à l’écoute, particulièrement de nos envies technologiques.» Car l’innovation est centrale dans l’ADN de Serbeco — on lui doit notamment le fameux camion électrique Econic, mis au point avec le constructeur Mercedes. Le responsable systèmes en est conscient: «Pour innover, les services de base doivent être fiables et fonctionner.» Comprendre: ne pas tomber en panne et résister aux tentatives de hacking dont les PME sont régulièrement la cible. Voilà un autre avantage de l’outsourcing: «Votre prestataire est une entreprise ; il aura forcément sous la main un spécialiste du problème qui vous préoccupe», précise-t-il. S’ajoute à cela l’aspect veille technologique — un bon prestataire doit se tenir au courant des dernières évolutions de son matériel et, pour cela, il suit l’actualité et se forme en permanence. «Nous sommes ainsi sûrs de toujours être à la pointe et, s’il repère une nouveauté qui pourrait nous intéresser, il nous en parle», souligne Didier Godmé.

 

Le responsable support apprécie également l’aspect humain: «Je recherchais un partenaire avec qui je pourrais évoquer les problèmes en toute liberté. Il est important pour moi de pouvoir donner un feedback, qu’il soit positif ou négatif. Personne n’est parfait, il est normal de faire des erreurs, l’important étant de les reconnaître», souligne Didier Godmé. Avec AiM, il a trouvé un partenaire à sa mesure. C’est d’ailleurs ce qui a fait la différence: «Il est agréable d’avoir faire à une entreprise qui, par sa taille, ressemblait à la nôtre. Lorsqu’on lance des projets avec un interlocuteur de même taille, on se sent sur pied d’égalité. Cela a été un argument décisif.»

 

 

Mission

Disposer des ressources les plus performantes en optant pour l’outsourcing, afin de pouvoir s’interroger sur les besoins de Serbeco et mettre à niveau l’infrastructure IT de l’entreprise.

 

 

Solution

Grâce aux équipes AiM à disposition, Didier Godmé s’est attaqué à ce qu’il considère comme la tâche la plus difficile de toute sa carrière: la migration du système informatique de Serbeco. Exit les serveurs, passage Cloud, avec un nettoyage et une mise à jour de l’annuaire de l’entreprise (utilisateurs, groupes, sécurité). «Au début du confinement, une collègue a téléchargé par erreur un document sur un site malveillant. Son poste de travail s’est retrouvé bloqué, mais le problème a été résolu en deux heures. Nous avons pu vérifier que nous sommes à même de faire face à ce type d’attaque, c’est très rassurant.»

 

 

Réalisation

«Mettre notre système à niveau était véritablement une priorité. Mais nous ne sommes pas une multinationale, et tous les employés ne sont pas forcément très à l’aise avec l’informatique. Nous savions que nous devrions régulièrement organiser des formations», précise-t-il, que ce soit pour de la mise à niveau ou pour apprivoiser du nouveau matériel. Ainsi, fin 2019, le personnel de Serbeco est formé quant à l’usage d’une application permettant de discuter via différents canaux: Teams. Un outil dont l’utilité paraît, dans un premier temps, un peu anecdotique. Mais quelques mois plus tard, le confinement la rend incontournable. L’entreprise a ainsi pu passer très facilement en télétravail, n’enregistrant aucune perte de productivité durant cette période.